Transformer un bus en maison : les points à connaître

D’après les statistiques, le problème de logement touche plus de 8 millions de personnes à travers le monde. Une situation désastreuse que les autorités tentent d’éradiquer sans grand succès. Avec l’explosion des prix de l’immobilier, peu de personnes peuvent se permettre d’habiter ou de louer une maison en centre-ville. Pire, n’ayant aucune possibilité, la majorité des habitants se contentent de petits espaces insalubres. Un contexte qui ouvre la porte à une nouvelle tendance : celle des « Bus Sweet Home ». Littéralement : un bus est ma maison. Est-ce un bon investissement ? Comment y arriver ? Gros plan sur les points à connaître sur le B.S.H.

Que dit la loi sur la transformation d’un véhicule de transport en logement ?

Les textes de loi ne sont guère précis sur la situation. L’essentiel à retenir est que c’est tout à fait possible.

Un bus peut être réaménagé en lieu d’habitation à condition que les propriétaires l’équipe de manière à garantir :

  • La sécurité de l’entourage ;
  • Le bien-être des habitants.

Il sera question de pouvoir s’assurer que la maison bus réponde aux mêmes normes de sécurité et de bien-être qu’un logement ordinaire. Ces réglementations comprennent :

Il faudra également veiller à se renseigner auprès de la préfecture sur les conditions référentes à ce type de travaux au niveau du Plan d’Urbanisme.

Quel budget prévoir ?

Comme pour tous travaux, la transformation d’un bus en habitation de rêve a un coût.

Le budget varie selon plusieurs critères :

  • L’état du véhicule ;
  • Les travaux à faire ;
  • La main-d’œuvre ;
  • L’esthétique finale.

Cependant, le coût du projet varie de 20.000 € et plus.

Il est également possible d’effectuer soi-même les travaux pour une économie supplémentaire. De nombreux particuliers optent pour cette alternative pour des raisons de contraintes budgétaires, mais aussi par esprit de challenge. Une aventure à tenter, à condition d’y être bien préparé.

Quelles sont les étapes de transformation d’un B.S.H ?

Pour un « Bus Sweet Home » confortable et dans la norme, il faut suivre les étapes suivantes :

Étape 1 : le démontage et la rénovation

Après l’achat du véhicule, la première étape est de démonter complètement l’intérieur du bus (les sièges, les portes bagages, etc.).

Cette partie permet également de vérifier l’état de la carrosserie et de la rouille.

La rénovation va se faire par rapport aux revêtements ainsi que la peinture extérieure. C’est aussi le moment de préparer le véhicule à recevoir les appareils électroménagers .

Étape 2 : l’équipement et l’isolation

Quand le démontage et la rénovation sont faits, il est temps de mettre en place l’installation électrique, les sanitaires, la gestion de l’eau, l’aménagement de la cuisine et surtout l’isolation du bus.

La dernière phase (l’isolation) nécessite la prise en main d’un expert dans le domaine. L’entreprise PROJECT ISOLATION est l’une des références du secteur des travaux de rénovation énergétique et se fera un plaisir de réaliser l’isolation thermique du bus.

Étape 3 : l’homologation

Quand toutes les tâches ont été menées à bien, il est maintenant temps de monter un dossier R.T.I. ou Réception à Titre Isolé.

C’est une autorisation de circulation du véhicule dans le cas où le B.S.H. irait sur les routes.

Pour le dossier, il faudra :

  •  Un calcul de répartition des charges ;
  • Une notice descriptive du véhicule de base ;
  • Une attestation de transformation du véhicule.

Dès lors le véhicule sera considéré comme un VASP à carrosserie Caravane et pourra circuler en toute liberté